Coronavirus : Mécontentement des passagers à l’aéroport de Cayenne

A l’aéroport de Cayenne, les passagers aériens se sont plaints de la faible organisation au petit  aéroport dont plus de 1.000 passagers ont été soumis, le samedi 11 juillet aux instructions des personnels de l’aéroport et des compagnies.

A cause du risque du COVID-19, le trafic aérien est toujours fortement limité, dont  nombreux passagers ont vu leur vol annulé, puis reporté de plusieurs jours. En effet, les turbulences du trafic aérien ont  provoqué le mécontentement  des passagers.

Pour certaines familles, des vols différents ont finalement été attribués. D’autres ont été invités à modifier leur voyage, moyennant parfois des surcoûts.

« Les voyageurs sont mécontents mais c’est le résultat d’une organisation lourde imposée par les circonstances et le besoin de respecter les gestes barrières », a indiqué Olivier Taoumi, directeur général des services à la chambre de commerce et d’industrie de Guyane (CCIG).

Pour clarifier la zizanie qui a eu place à l’aéroport ces derniers quinze jours, La CCIG a souligné que « Les compagnies aériennes avaient anticipé un retour à la normale début juillet. Elles ont donc émis beaucoup de billets mais il a fallu annuler des vols vers Paris et reporter les voyageurs ».

Selon un décret paru samedi au journal officiel, et à cause de l’épidémie, les vols aériens entre Guyane et Mayotte, où la circulation du coronavirus reste active, et le reste du territoire français « sont interdits, sauf s’ils sont fondés sur un motif impérieux d’ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l’urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé, les déplacements de personnes par transport public aérien » entre la Guyane et Mayotte, deux territoires où le virus circule encore activement, et « tout point du territoire de la République ».

Quant à la compagnie aérienne Air France, elle a indiqué qu’elle « opère actuellement trois vols par semaine au départ de Cayenne vers la métropole, contre sept habituellement. La compagnie a été prudente sur l’offre des sièges à vendre afin de ne pas promettre des vols qui n’auraient pas pu être autorisés. »

Posted in actualité