Covid-19 : Air France prévoit de supprimer plus de 7500 postes d’ici fin 2020

Plombé par la crise, Le groupe Air France compte supprimer près de 7.600 postes d’ici fin 2022, selon le secrétaire d’Etat chargé des transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Le secrétaire d’Etat chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari a confirmé mercredi 1er juillet, que le groupe Air France qui a largement subi la crise du  Covid-19, envisage de supprimer 7.600 postes, dont 6.560 au sein de la compagnie tricolore et plus de 1.000 au sein de la compagnie régionale Hop!

En effet, la direction de la compagnie nationale a présenté à des sources syndicales le détail des réductions prévues, provoquées par la crise sanitaire. Ces suppressions de postes concerneraient 6 560 des 41 000 salariés de la compagnie aérienne, et plus de 1 000 emplois au sein de Hop !, soit 37 % des effectifs de la filiale low-cost.

Une décision qui a rapidement faire réagir l’État. Interrogé sur BFMTV et RMC à propos de ces chiffres révélés mardi par des sources syndicales, Jean-Baptiste Djebbari a déclaré qu’il s’agissait effectivement des « chiffres qui ont été évoqués hier en comité d’entreprise extraordinaire », en ajoutant que l’ampleur de cette restructuration envisagée d’ici 2022 dépendrait « beaucoup à la fois des dispositifs d’entreprise et de la reprise du trafic », a souligné Djebbari.

« Nous avons demandé à la direction d’Air France d’avoir le moins de départs contraints possibles, d’avoir recours évidemment là aussi aux départs volontaires. Nous serons extrêmement attentifs à ce que le retrait de l’activité, ou la contraction de l’activité, ne se fasse pas au détriment du territoire », a-t-il expliqué.

Afin d’aider la compagnie aérienne qui a subi de plein fouet la crise du Covid-19, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, avait annoncé le 24 avril dernier une enveloppe totale de 7 milliards d’euros , composée de 4 milliards de prêts bancaires garantis à 90% par l’Etat et de 3 milliards de prêt direct de l’Etat. Un montant qui ne semble donc pas empêcher la compagnie de supprimer des emplois. « L’État a soutenu Air France avec 7 milliards d’euros. Ce ne sont pas 7 milliards, comme je l’ai entendu, pour payer des plans sociaux. Ce sont 7 milliards pour pouvoir survivre, pour pouvoir payer les salaires à la fin du mois », a commenté Jean-Baptiste Djebbari.

Posted in actualité
Secured By miniOrange